À part que l’Iran est une dictature et les iraniens des fanatiques terroristes. Enfin bien sûr, ce n’est pas moi qui le dit, mais les médias ! 
Bien entendu, tu ne crois pas à toutes les conneries que racontent les médias ! Car moi, je vais te donner une tout autre image de l’Iran, sans bien sûr aborder l’aspect politique. Une image construite au bout de 6 semaines de voyage en solo.

 

La culture iranienne

  • L’iranien n’est pas arabe

Pour commencer, la culture iranienne n’est pas une culture arabe. Ne va surtout pas dire à un iranien qu’il est arabe, tu risques de t’en prendre plein la figure. Eh oui, tous les iraniens que j’ai rencontré détestent les arabes. Ils généralisent tous les arabes, mais ils visent en réalité ceux du golf.
Les iraniens tiennent les arabes pour responsable d’avoir détruit l’empire perse et la culture persane en général. C’est de la, que vient la méprise des arabes.
 
  • La langue

Les iraniens parlent perse, qu’on appelle aussi farsi. Ils utilisent l’alphabet arabe, en plus de 5 autres lettres. J’arrivais parfois à lire mais je te confirme que c’est différent de l’arabe. Il y a notamment plusieurs autres dialectes dans les différentes régions, comme l’Azari, le Gilaki et d’autres.
 
  • La cuisine

La cuisine est diverse et variée d’une région à une autre. Il y’a vraiment de quoi bien se remplir le ventre.
Les iraniens mangent beaucoup de riz, de pain, différentes herbes et le douq, c’est du lait caillé parfois amer, parfois non, que je n’ai pas trop aimé. Ils boivent notamment du thé plusieurs fois dans la journée. Il ont notamment plusieurs variétés de fruits et légumes, comme le citron sucré.
 
J’ai particulièrement kiffé le fromage et le beurre fait maison par mes hôtes et les 5 sortes de pain. Les plats que j’ai adoré, sont le dizi, le koubidé au boeuf ou au poulet et azebouche.
 
  • La religion

Le chiisme est la première religion du pays. Cependant, tous les iraniens ne sont pas musulmans et chiites comme le pense le monde extérieur. Oui, oui, beaucoup d’entre-eux sont théistes, agnostiques, sunnites ou zoroastriens.
 
Le sujet de la religion revient souvent dans les discussions avec les iraniens. J’ai senti chez de nombreux jeunes une haine de l’islam, rendant la religion coupable de la situation actuelle du pays. 
 
  • La vie quotidienne

Les iraniens sont de bons vivants. Très cultivés, ils adorent l’art, la poésie, la musique et la danse. Bien que ces deux derniers sont interdits à l’extérieur, ils se font pourtant plaisir à l’intérieur de leurs maisons et dans certains endroits publiques.  En Iran, rien n’est permis et tout est possible à la fois. La jeunesse a soif de liberté et s’émancipe petit à petit, en espérant changer la situation du pays.
 
Cependant, ce qu’ils adorent par-dessus tout, c’est le thé, la nargil (chicha) et le pique-nique. Tu les verras partout dans les rues et même au milieu des ronds point ! Avec leurs réchauds, ils s’installent sur n’importe quel brin d’herbe pour cuisiner, manger, boire du thé et fumer une chicha en famille ou entre amis. Tu peux même voir des chauffeurs rouler en fumant leur nargil ! Par contre celle-ci n’est pas populaire dans tout le pays, comme dans le nord ouest.
Par ailleurs, je rajoute que moi qui ai grandi en Algérie et bercé dans une culture berbère, j’ai constaté de nombreuses similitudes entre les deux cultures. Que ce soit au niveau de la nourriture, des relations familiales et sociales et un peu de la vie quotidienne. 
Je ne me suis pas sentie dépaysée en Iran. J’étais un peu comme chez moi et j’ai eu beaucoup de mal à quitter le pays. J’ai d’ailleurs prolongé mon visa pour rester avec mes nouveaux amis et apprendre d’avantage sur la culture.

L’hospitalité iranienne

 
Hormis les touaregs et les marocains, je n’ai jamais vu un peuple aussi accueillant et chaleureux comme les iraniens. L’hospitalité iranienne n’est pas un mythe, mais une réalité. Très fiers de leur pays et de leur culture, c’est toujours avec un grand sourire qu’ils t’abordent dans la rue pour te parler, te questionner. Et surtout, t’aider et t’inviter à manger et à boire gratuitement, sans rien attendre en retour, que la satisfaction d’aider un étranger.
 
J’ai eu l’opportunité, non je dirais plutôt la chance de faire du Couchsurfing dans plusieurs villes. J’ai ainsi partagé la vie locale de différentes familles, dans différentes régions. J’ai constaté des singularités dans chaque partie du pays, il n’en demeure moins que tous les iraniens restent hospitaliers et pleine de vie.
 
En passant, je t’informe si tu ne le sais pas déjà, le Couchsurfing marche très bien Iran. Les gens sont ravis d’accueillir des étrangers chez eux. Ils ont la soif de s’ouvrir sur le monde.
 

La sécurité en Iran

Quand je voilais tout mon crâne, je passais inaperçue. On me disait tout le temps que je ressemblais à une iranienne. Cela dit, quand mes bouclettes apparaissaient, on voyait directement que j’en n’étais pas une et je suscitais beaucoup de curiosité. Comment ? Tu voyages seule ? Mais c’est dangereux ? C’était étrange pour les iraniens de voir une femme voyager seule, cela ne fait pas partie de leur culture.
 
Pourtant, l’Iran est le pays le plus sécurisé dans le quel j’ai voyagé. J’ai déjà marché la nuit jusqu’à une heure du matin seule, sans qu’aucune personne m’importune. J’ai notamment fait de l’autostop toute seule et je n’ai jamais eu aucun problème. Vraiment, si tu es une fille et tu hésites à aller seule en Iran, alors je n’ai qu’un mot à te dire FONCE
Personne ne te siffle ou te drague dans la rue. Bon, tu sentiras des regards par ci par là, mais c’est plus de la curiosité qu’autre chose. Je me suis sentie plus en sécurité en Iran qu’à Paris.
 
 
Je conclue  cet article en t’encourageant à aller à la rencontre de l’un des plus beau peuple au monde. Qui j’espère avec l’afflux de touristes ne changera pas.
Si tu as des questions ou des commentaires, n’hésite pas à les partager en commentaire 😉
Moi avec un foulard
et moi avec un tchador